Des conseils pour le départ en vacances des aidants – #2 : Partir avec son proche

La France compte 11 millions d’aidants. Ce sont autant de personnes qui épaulent un proche au quotidien, quitte parfois à s’oublier eux-même. Pourtant, le répit est important ! Parce que partir en vacances est d’autant plus compliqué pour les aidants, nous avons décidé de compiler une série de conseils pour les aider à préparer leur séjour. Après nous être intéressé à un départ sans l’aidé, voyons comment faire pour partir avec son proche.

Voyage et incontinence

En effet, si vous avez décidé de prendre des vacances avec votre proche aidé, vous vous posez sans doute beaucoup de questions ! Comment assurer le transport ? Quel hébergement choisir ? Existe-t-il des formules de séjour adaptés ? Nous allons tenter de vous éclairer…

 

Partir avec son proche : le lieu de séjour

Pour choisir votre lieu de vacances, de nouveaux critères vont venir s’ajouter à votre liste, en fonction des possibilités de votre proche.

L’accessibilité

Le premier critère à observer est celui de l’accessibilité, notamment si l’aidé se déplace en fauteuil roulant ou avec un déambulateur.

Il convient de s’intéresser à la présence de rampes d’accès, à la largeur des portes et des couloirs, etc. Vérifiez également la taille de la salle de bain et des WC, notamment si vous devez emmener une chaise garde-robe ou une chaise de douche avec vous. Un logement équipé d’une douche à l’italienne sera un gros plus si votre proche rencontre des problème de mobilité. Dans ce cas, la présence d’un dégagement autour du lit ainsi que dans les WC est également importante.

Si votre proche est sujet à l’incontinence, privilégiez un logement dans lequel il aura facilement accès à un point d’eau, et équipé d’une machine à laver. Un lieu de stockage pour les protections sera également nécessaire.

Pour vous assurer de l’accessibilité de votre lieu de séjour, vous pouvez vous fier aux labels Tourisme & Handicap et Destination pour tous. Notre article « Comment organiser des vacances adaptées ? » vous informera plus en détail sur ce sujet. Vous pouvez aussi consulter le guide des vacances accessibles de l’APF.

 

La tranquilité et le respect du rythme de chacun

Si vous emmenez votre parent âgé, pensez à choisir un lieu qui permette de respecter sa tranquilité et de préserver vos rythmes de vie respectifs.

Une bonne solution peut être de partir en Vacances Répit Familles. Cette formule propose aux couples aidant-aidé un accompagnement et une offre de loisirs adaptée. C’est l’occasion idéale pour vous et votre proche de vous échapper du quotidien tout en vous retrouvant. Sur place, un service d’accueil vous permettent de profiter de vos vacances sans vous inquiéter pour votre proche. Vous pourrez aussi échanger avec d’autres aidants et même vous former. Quatre villages de ce type existent en France. Renseignez-vous directement sur le site de VRF.

 

Le passage chez le médecin & les soins sur place

Avant de partir, un passage chez le médecin est préférable. Il permettra de déterminer si votre proche est apte à vous suivre, et quelles seront les adaptations nécessaires. Il pourra par exemple vous préconiser de vous munir d’aides techniques ou de faire appel à une tierce personne pour vous aider sur place. C’est également l’occasion de lui poser vos questions concernant les activités que votre proche pourra pratiquer avec vous s’il en a l’envie et la possibilité. Enfin, demandez à votre médecin de vous confier une ordonnance comportant les traitements médicamenteux prescrits à votre proche.

Si possible, choisissez un lieu de séjour qui ne soit pas trop isolé, afin d’avoir un hôpital ou au moins un médecin à proximité. Si cela est nécessaire, contactez à l’avance les soignants dont vous aurez besoin durant vos vacances : auxiliaire de vie, infirmier(e) libéral(e), kinésithéapeute à domicile, etc.

 

Partir avec son proche : le transport

Voiture, bus, train, avion et/ou bateau, le choix du mode de transport dépend évidemment de votre lieu de séjour. Privilégiez autant que possible le confort de votre proche et évitez les trajets trop longs. Prenez aussi en compte la fatigue qui peut s’installer, notamment en voiture et en car. Le train a l’avantage de proposer des voyages plus rapides et d’être moins fatiguant.

Sur le trajet, il sera sans doute nécessaire de faire des pauses régulièrement, surtout si l’aidé est sujet à l’incontinence. Si c’est le cas, cliquez ici pour découvrir nos astuces pour voyager serein.

Pensez aussi à vous faire accompagner si vous voyagez en train ou en avion ! Signalez votre situation au moment de la réservation de vos titres de transport, et n’hésitez pas à solliciter le personnel en gare ou dans l’aéroport. Cette préconisation est d’autant plus valable si votre proche se déplace en fauteuil roulant. En effet, des aménagements spécifiques sont prévus, mais il est nécessaire de les réserver en avance.

Consultez le guide des vacances accessibles de l’APF pour en savoir plus sur ce sujet.

 

Vous connaissez d’autres points à prendre en compte pour préparer des vacances aidant-aidé ? Dites-le-nous dans les commentaires !

Et si vous preniez de nos nouvelles ?
En vous inscrivant à notre lettre d’information, vous recevrez, une à deux fois par mois, nos derniers articles à propos du handicap et du maintien à domicile. Nous vous communiquerons aussi nos nouveautés produits et nos éventuelles promotions.
Cela vous intéresse ? Pour vous inscrire, direction la page d’accueil de notre site. Indiquez simplement votre adresse e-mail dans l’encadré « Newsletter », en bas à gauche de la page. Voilà, c’est fait 😉
PS : Vous pouvez aussi nous rejoindre sur Facebook et Twitter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *