Focus sur la FÉDÉEH, association pour les étudiants en situation de handicap

La FÉDÉEH, ou Fédération Étudiante pour une Dynamique Études et Emploi avec un Handicap, est une association éducative dont l’objectif est d’améliorer les conditions de formation des étudiants en situation de handicap, ainsi que leur insertion dans la vie active.

Pour répondre à cet objectif, la FÉDÉEH met en place des actions pour favoriser la réussite des jeunes handicapés, telle que des campagnes de sensibilisation, du tutorat, des rencontres avec des employeurs… Elle collecte également des fonds afin de financer des bourses d’études à destination de ces jeunes en situation de handicap.

Pour que vous en sachiez plus sur cette association et comment la soutenir, Adrien Lemercier, 28 ans, Président de la FÉDÉEH et déficient visuel, a accepté de répondre à nos questions.

Logo FÉDÉEH

Tous ergo : Qui sont les adhérents de la Fedéeh ? Quels sont leurs besoins ?

Adrien Lemercier, président de la FÉDÉEH

Adrien Lemercier, président de la FÉDÉEH

Adrien Lemercier : « La Fédération Étudiante pour une Dynamique Études et Emploi avec un Handicap se définit comme « le mouvement national des jeunes pour l’inclusion des jeunes en situation de handicap ».

Notre Fédération compte 2 principales composantes. D’une part, un Conseil étudiant rassemblant un réseau d’entraide de plus de 600 jeunes handicapés et une cinquantaine d’associations ou fédérations étudiantes. D’autre part, un Conseil ressources constitué d’associations spécialisées, d’établissements d’enseignement supérieur, d’entreprises et de bénévoles désireux de contribuer à la réussite des actions conduites par notre Conseil étudiant.

Au sein du Conseil étudiant, le réseau d’entraide de jeunes en situation de handicap, structuré en commissions thématiques, permet de répondre à un besoin réel d’émulation entre pairs, d’épanouissement tout en favorisant un meilleur partage d’expériences entre jeunes handicapés ; trois éléments clés pour faciliter la réussite sociale et professionnelle. Les associations étudiantes trouvent à la FÉDÉEH des formations, des conseils pratiques et un accompagnement personnalisé afin de mener à bien leur projet d’inclusion et de mixité en milieu étudiant ».

 

Te : Quelles actions la FÉDÉEH mène-t-elle ?

La FÉDÉEH à un salon post-bac

Participation à un salon post-bac – Photo : fedeeh.org

A. L. : « L’axe dominant de nos actions est le continuum de formation jusqu’à l’emploi des jeunes handicapés, mais nous développons de plus en plus des actions dans le domaine du sport, des loisirs et du bien-être.

Quelques exemples concrets :  tutorat d’élèves du secondaire, bourses d’études, prix associatifs, défis sportifs, mobilisation des campus, parrainage vers l’emploi et rencontre d’employeurs… »

 

Te : Quels sont les projets futurs de la FÉDÉEH ?

A. L. : « Nous n’en manquons pas ! Lauréate de l’appel à projet présidentiel la France s’engage depuis juin 2015, la FÉDÉEH s’inscrit actuellement dans un processus de changement d’échelle qui vise notamment à quintupler le nombre de ses bénéficiaires en cinq ans.

Voici deux exemples concrets qui me tiennent particulièrement à cœur.

Depuis 2011, la FÉDÉEH déploie nationalement un tutorat étudiant hebdomadaire à destination des élèves handicapés scolarisés en troisième et au lycée en milieu ordinaire afin de leur donner toutes les clés pour se préparer et réussir dans le supérieur. Ce tutorat se concentre plus particulièrement sur la confiance en soi, le travail en groupe, la maîtrise de l’anglais ou encore les sorties culturelles, des éléments fondamentaux pour leur réussite future.

Dès cette rentrée, nous allons lancer un autre système de tutorat basé sur ce modèle, mais qui s’adresse cette fois aux lycéens handicapés qui ne se destinent pas aux études supérieures : il aura ainsi pour but de préparer leur insertion professionnelle rapide.

Dès cette rentrée, nous lançons également une commission pairémulation qui vise à mettre en relation des jeunes diplômés du réseau d’entraide de la FÉDÉEH avec des étudiants handicapés qui entrent dans le supérieur. Un système de parrainage très prometteur ! »

 

Te : Comment peut-on aider ou soutenir la FÉDÉEH ?

A. L. : « La FÉDÉEH s’enrichit continuellement grâce à l’ensemble de ses membres et de ses partenaires engagés dans la réussite des jeunes handicapés. Si vous êtes étudiant, jeune diplômé ou jeune actif en situation de handicap, si vous êtes membres d’une association étudiante engagée sur la thématique du handicap, ou si vous souhaitez simplement vous engager bénévolement pour la réussite de nos actions, n’hésitez pas à nous rejoindre. Il est également très important de communiquer sur nos actions le plus largement possible.

Je vous invite à consulter notre site web où vous trouverez toutes les informations nécessaires ainsi que les personnes référentes que vous pouvez contacter« .

 

Te : En 2016, jugez-vous que les conditions d’accès sont favorables aux personnes en situation de handicap ?

A. L. : « La loi du 11 février 2005 s’intitule « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Cette loi importante doit permettre de construire une société plus inclusive dans tous les domaines (études, loisirs, emploi, vie quotidienne…) et à chaque étape de la vie. Depuis 2005, les mentalités évoluent et les personnes handicapées sont de plus en plus considérées comme des citoyens à part entière. On peut par exemple se féliciter de l’augmentation importante du nombre d’étudiants handicapés dans le supérieur depuis quelques années, ou du nombre croissant d’entreprises qui renforcent la part des travailleurs handicapés dans leur effectif.

Toutefois, force est de constater que de nombreux défis restent à relever. Il suffit de regarder le taux de chômage des personnes handicapées, qui reste deux fois supérieur à celui de l’ensemble de la population active, de constater le retard dans la mise en accessibilité du bâti ou de nos villes ou encore de considérer le nombre très faible de personnes en situation de handicap présente dans la sphère politique ou dans les médias« .

 

Te : Des mesures permettraient-elles d’améliorer la situation ?

A. L. : « Tout à fait. Voici un exemple très concret dans le domaine de l’insertion professionnelle et de la vie active. Les jeunes déficients visuels sont ceux des étudiants handicapés qui suivent les études les plus longues. Paradoxalement, ils sont aussi parmi ceux qui éprouvent le plus un sentiment de discrimination professionnelle. Voilà des années que la FÉDÉEH plaide en vain pour que les logiciels métiers soient accessibles à la source, seule solution efficace pour éviter l’échec ou la placardisation de personnes qui ne demandent qu’à pouvoir exprimer leurs compétences professionnelles.

Concernant les personnes ayant un handicap moteur, il est désormais nécessaire d’accélérer la mise en accessibilité du bâti en s’appuyant sur une démarche pragmatique répondant aux besoins des personnes concernées. Répétons que la mise en accessibilité d’un bâtiment (écoles, logements, locaux professionnels…) favorisera, au final, la situation de tous, handicapés ou non« .

 

Te : Avez-vous autre chose à ajouter ? 

A. L. : « Les préjugés persistants et le manque d’information expliquent en grande partie le maintien de situations discriminantes envers les personnes en situation de handicap.

Une personne handicapée doit être considérée pour ce qu’elle représente en tant que personne et ce qu’elle apporte à notre communauté, comme tout citoyen. Ne nous arrêtons pas à son handicap ! »

 

Remise d'une bourse FÉDÉEH

Remise d’une bourse FÉDÉEH – Photo : fedeeh.org

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *